Voici un message qui a été émis hier par la station météo de Dumont d’Urville et plus particulièrement par son responsable « climatologie », autant dire bibi :

                                  « Au cours de la journée du 3 juin la température minimale a atteint -34.9° à DDU, établissant donc un nouveau record pour le mois de juin (ancien record à  -33.4°).
                                    Un tel froid n'avait pas été mesuré à DDU depuis le 2 septembre 1992. On a également observé aux mêmes heures des phénomènes de mirages sur les bergs. »

 

Alors ?! Qui c’est le héros polaire ?

      Statistiquement, ce sont les mois de juillet et août qui sont les plus froids en antarctique. Tous les espoirs restent donc permis (tu parles !) pour battre le record absolu de température la plus basse qui reste établi à -37.5°, tous mois confondus.

 Courbe de températures 3 juin 2014
(sur ce graphique, la courbe verte montre l'évolution des températures minimale (en vert) et maximale (en bleu) du 2 au 4 juin). Source Météo-France

 

     A ces températures, sachez qu’une inspiration un peu forte d’air fait tousser, et ça fait tout bizarre dans les poumons (une sensation qu’on ne ressent pas à -25°, je parle désormais d’expérience).

     Un autre phénomène intéressant : en dessous de -30° certains vêtements se rigidifient en quelques secondes au contact de l’air (je vous vois venir avec vos gros sabots, alors pour couper court aux blagues salaces : rien d’autre ne se rigidifie car on garde l’essentiel au chaud).

     Egalement à noter, à ces températures une bouteille en plastique vide se contracte sur elle-même, comme écrasée (je laisse aux physiciens en herbe le plaisir d’expliquer ce phénomène, mais d’après moi il y a du « PV=nRT » là-dessous).

La bouteille

 

 

Ces données ne manqueront évidemment pas d’alimenter les conversations de comptoir au sujet des changements/réchauffements climatiques.  Aussi, pour en rajouter une couche et donner des arguments au camp adverse, je vous joins ci-dessous une dépêche AFP récente (uniquement pour ceux que le sujet intéresse).

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 La fonte des glaciers d'Antarctique occidental a atteint un point de non-retour

Afp 13/5/2014

 

       La fonte des grands glaciers de l'ouest de l’Antarctique, qui contiennent assez d'eau pour faire monter les océans d'au moins un mètre, s'accélère sous l'effet du réchauffement climatique et paraît irréversible, selon deux études publiées lundi.

              La première s'appuie sur de nombreuses données incorporant 40 années d'observations qui indiquent que le recul des glaciers de la mer d'Amundsen, dans l'Antarctique de l'ouest, "a atteint un point de non-retour", explique Eric Rignot, un glaciologue de l'université de Californie à Irvine et de la Nasa, principal auteur de cette recherche à paraître dans la revue Geophysical Research Letters.

              La fonte des six plus grands glaciers de cette région, Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler, contribue déjà de façon importante à la montée des océans, lâchant presque autant de glace annuellement dans l'océan que toute la banquise du Groenland. Ils contiennent suffisamment d'eau pour faire grimper le niveau des océans de 1,2 mètre et fondent plus vite que ne le prévoyaient la plupart des scientifiques. Ce qui, selon Eric Rignot, nécessite de réviser à la hausse les projections du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Ce dernier estimait en 2007 que le niveau des océans pourraient monter de 18 à 59 cm en 2100. "Ces glaciers seront un contributeur majeur à la montée des océans au cours des décennies et des siècles à venir", insiste-t-il.

             L'accélération du flot d'écoulement de l'eau et le recul des glaciers sur le socle rocheux se renforcent mutuellement, expliquent ces chercheurs. En fondant, les glaciers s'allongent et leur épaisseur diminue, ce qui réduit leur masse et les séparent de plus en plus du socle rocheux et les fait glisser plus vite. "L'effondrement des masses de glace de cette partie de l'Antarctique paraît ainsi être irréversible", conclut Eric Rignot. "Le fait que ce recul des glaciers se produit simultanément sur une vaste zone laisse penser que ce phénomène a résulté d'une seule cause: un réchauffement de l'eau de l'océan dans laquelle flotte une partie de ces masses de glace", souligne-t-il.

 

- Disparition du glacier Thwaites -

     La deuxième étude, parue dans la revue américaine Science, s'est concentrée sur le glacier Thwaites, le plus massif de l'Antarctique occidental, large de 120 kilomètres.

           Les chercheurs ont établi des cartes topographiques détaillées et utilisé un modèle informatique montrant que la désintégration de ce glacier avait déjà commencé. Le glacier Thwaites va ainsi probablement disparaître d'ici quelques siècles, faisant monter le niveau des océans de près de 60 centimètres, prédisent les auteurs de ces travaux. "Il y a beaucoup d'hypothèses quant à la stabilité de ces plaques de glaces et de nombreux scientifiques suspectaient une accélération de leur fonte", note Ian Joughin, un glaciologue de l'université de Washington, un des auteurs de cette recherche. "Cette étude fournit une estimation des taux auxquels le glacier disparaît dans l'océan", ajoute-t-il. "Les simulations dans notre modèle informatique semblent indiquer une accélération dans le futur, sans aucun mécanisme de stabilisation en vue", explique le glaciologue, dont les conclusions confirme les résultats de l'autre étude.

          Selon ce modèle, l'effondrement du glacier Thwaites pourrait intervenir au plus tôt dans 200 ans, et au plus tard dans plus d'un millénaire selon la rapidité du réchauffement de la planète. Mais le scénario le plus probable se situe entre 200 et 500 ans, précise Ian Joughin. "Toutes nos simulations montrent que la fonte du glacier fera monter le niveau de l'océan de moins d'un millimètre par an pendant 200 ans, avant de commencer à se désintégrer et à disparaître", ajoute-t-il.

          A certains endroits, le glacier de Thwaites perd plusieurs mètres d'altitude par an alors qu'il avait connu une période de quasi-stabilité jusqu?en 2006, avant de se déplacer vers l'océan à une vitesse de 0,8 kilomètre par an, soit 33% plus rapidement que précédemment, selon une précédente recherche. La topographie du glacier a été réalisée dans le cadre du programme "IceBridge" de la Nasa, qui vise, par des observations aériennes et satellites, à mesurer la hauteur de la glace et à déterminer la fonte en surface.

 

 

Commentaires (9)

Bernard Henneau
  • 1. Bernard Henneau | 12/06/2014
Salut Didier
Je te rappelle qu'on ne t'a pas envoyé en vacances en Terre Adélie pour battre des records.
Surtout comme ceux là. Tu nous dis qu'il fait plus froid que jamais et que ça fait fondre les glaciers plus rapidement. Tu me connais, moyennement intelligent, carthésien et rationnel donc là ça me dépasse.
Au sujet de la bouteille en plastique, si tu veux faire de la glace pour mettre dans la grenadine, il faut la remplir d'eau au préalable. Dans ce cas la bouteille fera comme dans notre congél, elle gonflera.
Maintenant que tu m'a mis dans le doute à propos de l'eau qui va monter dans nos océans, je fais des calculs en permanence pour savoir quand on aura les pieds dans l'eau au Vigan.
Ça risque d'avoir des répercussions sur le prix de l'immobilier...

En attendant prend bien soin de toi et ne va pas faire le malin à aller uriner dehors, il y a des organes qu'il faut savoir préserver pour le futur de notre espèce.
Tu remarqueras que je ne fais pas allusion à la "canicule" qui nous frappe ces derniers jours pour que tu ne fasses pas de soucis pour nous.

Gros bisous de nous tous.
Tony
  • 2. Tony | 09/06/2014
Hé ben ta bouteille, elle m'a l'air déjà bien maigrichonne dedans !

Dis voir, elle est chauffée ta piaule ? C'est ton plan de lutte contre la fonte des glaçons dans la grenadine, ou bien z'êtes comme tout le monde ; pas superhéros pour 2 sous, du bois dans le Godin et le thermostat sur 22-23° ?

PS : 36° à Schilick aujourd'hui !
Coralie
  • 3. Coralie | 08/06/2014
Ce soir, dans le ciel belge, y' a des éclairs. Ca va péter grave!! Tiens, une question pour le "réponse à tout de juin": Mr le météo, est-ce que c'est possible d'avoir un orage en Antarctique?

Moi, je n'ai rien tricoté du tout, je laisse les petites mains taïwannaises confectionner ça pour Decathlon.
Quoique, en fait, j'aurais du tricoter un truc bien pratique mais bien vilain, pour m'assurer que rien ni personne ne soit attiré par mon héros chéri.
Thon..thon..
  • 4. Thon..thon.. | 08/06/2014
]Tu n' as pas froid aux yeux ...mon cher Didier ....Tien une petite histoire de froid ...

C'est l'histoire d'un bûcheron qui coupe du bois pour l'hiver. Un Indien passe par là et le bûcheron lui demande :
- L'hiver sera-t-il froid, grand chef indien ?
- Oui, HUGH ! hiver très froid.
Alors le bûcheron se remet à couper du bois de plus belle. Le lendemain, l'Indien repasse par là et le bûcheron lui demande si l'hiver sera vraiment aussi froid qu'on le dit.
L'indien répond : - Oui, HUGH ! Hiver très rigoureux....
Alors le bûcheron reprend sa scie et coupe une montagne de bois. Le jour suivant, l'Indien repasse en disant : - Hiver très, très rigoureux.
Le bûcheron intrigué, lui demande : - Mais enfin, dis-moi comment tu devines que l'hiver sera très froid.
tout ceci pour te dire
- Chez nous, on a un dicton : Quand l'homme blanc coupe du bois, c'est que l'hiver va être froid !

DomDom
  • 5. DomDom | 08/06/2014
Bravo zêtes de vrais "zhéros polaires", même nous le 3 juin 2010 on arrivait péniblement avec l'effet de vent à du -34 et quelques. Bon si ça continue comme ça va falloir une sacrée dose d'antigel pour surmonter la "Mid" !!!
Bon préparatifs
Amitiés australes
DomDom
Martine du causse
  • 6. Martine du causse | 07/06/2014
Donc à l'extérieur tu es plus mince et plus petit... c'est ça ? toujours dans les bon plans flatteurs...
Contraction de la matière : fais gaffe quand même... cela expliquerait-il : "le pourquoi" de la longueur des pattes des manchots
Moi j'aime les belles histoires, optimistes, et tu nous parles de notre monde qui prend l'eau !!!
A bientôt, reste au chaud, et "laisse un peu mesurer les autres" .... comme disait Pagnol.
Valérie
  • 7. Valérie | 07/06/2014
Church a raison: +30°C en Alsace ce WE versus -30°C chez toi.
Moi je dis, il n'y a rien d'alarmant. Il y a toujours de l'eau pour le pastis en Alsace et de l'eau pour vos grenadines en Antarctique. Tout le monde est sauvé pour le WE !!!!
Church
  • 8. Church | 07/06/2014
+30°C ici, -30°C là-bas...on fait le grand écart!
On pourra, si c'est possible, avoir une représentation pour se faire une idée d'un mirage sur berg?? En tous cas, c'est sans doute à vous que s'applique le mieux l'expression "sortez couverts".....j'espère que Coralie t'a mis dans ta malle une bonne culotte de laine tricotée de ses petites mains!
Et comment ca se fait que ces températures n'apparaissent pas sur la page d'accueil de ton blog ? A chaque fois ou presque, on voit qu'il fait soleil et que les T°C atteignent péniblement un petit -20°C ...
Christine H
  • 9. Christine H | 07/06/2014
Bien sûr que cet article, comme tous ceux que vous mettez sur votre blog nous intéresse. Enfin difficile à comprendre : d'un côté le réchauffement de la planète, de l'autre des records de "froidure et de vent" !! Le plus important est qu'aucun(e) d'entre vous ne subisse le même sort que la bouteille plastique !!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.