Manip zozios

     C'est drôlement gentil de votre part de consulter si souvent mon site (j'ai les preuves, j'ai les noms !). Le revers de la médaille c'est que vous me mettez une pression terrible: Voici une semaine que je n'ai rien posté et la fréquentation diminue à vue de compteur, je ne vous parle même pas de la famille du cuistot qui va bientôt tirer la tronche à ne plus avoir de nouvelles du fiston. Le risque au final c'est de ne plus rien avoir le soir dans mon assiette, donc sérieux, faut que je m'y mette.

     J'avais d'abord envie de vous parler du continent. Aujourd'hui il y a une visibilité à couper le souffle, et l'horizon est bien net. Ça n'a échappé qu'à quelques-uns (Nathalie, si tu nous écoutes...) que DDU a été construite sur une île. D'ici, l'Antarctique apparaît comme une masse blanche énorme, qui monte en pente douce et régulière. Derrière cette pente, mais je ne peux que l'imaginer, un océan solide, grand comme 2 fois l'Australie. 90% de l'eau douce présente sur terre, rien que ça. On se sent tout petit.Vue sur le continentParfois je contemple cette immensité et c'est alors que je voudrais me laisser aller à de grandes envolées lyriques mais voilà, pour les jolies phrases vous avez misé sur le mauvais cheval*. Bref ça me laisse perplexe, ce côté grandiose, beauté vierge et sauvage, y'avait de ça aussi un jour d'il y a 20 ans devant le cap de bonne espérance, devant 2 océans qui pourtant ne sont pas les plus grands. A bien y réfléchir, tant d'uniformité à l'infini ça fout le cafard, quand ce qui à mes yeux fait la beauté des choses, ce sont les contrastes.

     Passons à du plus léger: DDU c'est parfois l'esprit qui vagabonde mais c'est aussi du quotidien; Le quotidien des ornithos c'est de compter les oiseaux, les couples d'oiseaux, les œufs sous les oiseaux, les petits des oiseaux, les oiseaux qui vont et ceux qui viennent. Ca semble carrément intéressant comme activité, limite jubilatoire, et surtout il se trouve que ce jour-là j'avais besoin de prendre l'air. Avant donc de poser ma candidature pour accompagner Pierre-ornitho dans sa manip', j'aurais tout de même pu consulter les prévisions météos, faites par moi-même pour ceux qui prennent le train en route. Bref 2 Pierre taquine un damier sur la falaiseheures plus tard nous voici à crapahuter sur Bernard, sous la pluie (je précise que Bernard, outre un prénom charmant, est aussi le nom d'un îlot situé à proximité immédiate de DDU). Bernard est tout en rondeur (je répète que toute ressemblance avec des personnes existantes serait carrément fortuite), il culmine à 47 mètres (celui que je connais du côté des Cévennes en est bien loin...). C'est un amas de rochers mais aussi de manchots qui font pipi et caca partout et le pipi-caca de centaines de manchots sous la pluie, ça vous fait une bonne bouillasse dans laquelle il n'est pas forcément des plus plaisants d'évoluer. En l'occurrence les manchots ne nous intéressaient pas car Pierre ce qu'il voulait c'est en savoir plus sur les Pétrels des neiges (tout blanc comme son nom l'indique) et le Damier du cap (tout en damier pardi). On recense, on identifie (mâle ou femelle, bagué ou pas), on compte les œufs etc... J'ai laissé Pierre manipuler ces sales bestioles car elles ont une parade pour contrer l'agresseur: elles vomissent. J'avais déjà les pieds dans la m... , ça suffisait bien comme ça. J'ai tout de même appris à distinguer les mâles Pétrels des femelles Pétrelles. Le premier fait pouic-pouic quand la seconde fait pouic-pouic aussi, mais avec une voix de crécelle propre à la femelle qui s'active à la maison quand son mâle est parti à la pêche.

     Il semble que ces oiseaux (Pétrels des neiges, Damiers) aient eu une saison à peu près « normale » en ce qui concerne la reproduction. Par contre pour les autres l'heure n'est pas à la franche rigolade. Les manchots Adélie, pas loin de 100,000 individus sur l'archipel, en ont particulièrement bavé cette année puisqu'aucun petit n'aura finalement survécu. Plusieurs hypothèses sont évoquées: en premier lieu la présence persistante de la banquise ne permet pas aux parents de se nourrir correctement donc un certain nombre de jeunes auraient rapidement souffert de la faim. Ensuite nous avons eu plusieurs jours de pluie alors que les petits venaient juste de naître. On peut facilement imaginer qu'à ce moment le duvet n'est pas encore étanche, la bête prend froid jusqu'à en mourir.Petit adeliePuis par conséquence, ce sont les skuas qui souffrent puisque eux mêmes se nourissent des oeufs et des jeunes manchots, disparus prématurément. Pour eux aussi la saison de reproduction aura été dure (je vous écris ça et dans l'instant qui suit, je lis un article du Monde -merci Church !- qui confirme).

            Cette semaine les « Adélie » ont tous quitté DDU, partis rejoindre la mer. Et puisqu'elle est loin, il y aura probablement encore une surmortalité. La banquise a bien été grignotée lors de la dernière tempête cependant les images satellites indiquent que la mer libre est encore à 28 km de la base, une sacrée trotte donc pour un oiseau qui ne sait que marcher du haut de ses 40 cms.

 

 


* Ah si seulement j'étais écrivain. Comme Cavanna par exemple, qui vient de casser sa pipe, snif. Si ça n'est pas déjà fait, lisez « les russkoffs » (message à Church: "les zozios vont tous mourir", "Cavanna est mort", dis, t'as pas autre chose sous la main que des nouvelles pourries à me transmettre ??).

 

 

          Quelques images ci-dessous. Profitez d'admirer les manchots puisque leur disparition totale de la planète est programmée pour 2100 d'après certaines études...