J’ai déjà eu l’occasion de le dire, les sorties sur banquise sont, au propre comme au figuré, de grands bols d’air. Aussi dès que l’occasion m’en est  donnée  je ne me prive pas pour accompagner  les uns ou les autres en promenade.

Carte

                Il y a de cela 15 jours j’ai fait route avec un groupe qui comprenait des ornithos (Pierre et Aymeric) en mal de connaissance des phoques (ouaip je ne vous le fais pas dire, les phoques ce sont de drôles d’oiseaux mais c’est comme ça, ici ce sont les ornithos qui étudient les phoques) mais aussi le roi du monde de DDU, Stéphane le Dista, qui lui devait mesurer l’épaisseur de la banquise au nord de l’île des pétrels, sur laquelle est installée la base. Les autres – Sépanta, Christelle, Fabien, Thibaud et Antoine– étaient là pour la même raison que moi, le bol d’air évoqué plus haut. C’est d’autant plus facile de trouver autant de monde (9 personnes quand même) pour sortir que les météorologistes ont annoncé « un ciel se dégageant en début d’après-midi et peu de vent ». Nous sommes donc partis en fin de matinée sous un ciel couvert et peu de vent, jusque-là j’avais tout juste.

                De DDU lorsqu’on marche vers le nord-est, on longe le glacier qui charrie une grande quantité de bergs au long des saisons. Pour atteindre les îlots disséminés (voyez la carte) il faut donc contourner ces immenses masses glacées qui stagnent, empêtrées dans la banquise. Il est interdit de s’en approcher : d’une part la banquise est souvent fragilisée à leur proximité sous l’effet du vent qui fait bouger ces mastodontes et d’autre part  il y a toujours un risque que l’iceberg se retourne.

Marbre 1 Sur la première photo vous voyez l’effet que peut donner un retournement. Si ce berg a des teintes « marbrées » c’est qu’il a dans un premier temps raclé le fond de la mer, avant de se retourner.

Marbre 2

Tout au long de notre progression les ornithos ont récolté les données des transpondeurs implantés sur les phoques. Ces outils permettent de repérer les individus, savoir si ils se déplacent sur la banquise, quand ils sont de retour etc....

Phoque pas d accord

Le dista quant à lui mesurait l’épaisseur de la glace, plus de 80 cm parfois, alors que je vous le rappelle, la mer est libre habituellement à cette époque.

 

 

Phoque d accord

                Nous avons pris notre pause casse-croûte sur l’îlot Pasteur en début d’après-midi. La bonne humeur était de mise évidemment, si tant est que je veuille bien faire abstraction de quelques remarques acerbes quant à la couleur du ciel, toujours aussi nuageux. Le temps n’était somme toute pas désagréable mais il faut reconnaître que sous un ciel gris, la banquise et les icebergs sont pâlichons. Après la pause nous avons mis le cap sur un îlot que je tenais absolument à faire : le rocher du débarquement.

 

 

 

                Un peu d’histoire, car ces chroniques sont aussi culturelles : Plaque

Dumont d’Urville serait ainsi le premier homme à avoir posé le pied en Antarctique.

 

 

La mue c est la honte

Étonnamment, alors que tous leurs congénères ont quitté les lieux, 3 manchots Adélie en phase de mue nous attendaient là. A cette époque ils sont habituellement quelques centaines à muer sur terre.  Cette année, à quelques exceptions près, les manchots n'ont pas fait le trajet, probablement échaudés par la distance à parcourir. Pour nous la halte a été très agréable bien que les éclaircies tardaient toujours à pointer le bout de leur nez. Du petit sommet on a une très belle vue sur certains bergs invisibles de la base

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bergs depuis debarquement

Bergs 1

       C’est finalement sur le chemin du retour, avec 3 bonnes heures de retard, que le soleil s’est décidé à occuper le terrain. Ce retour a été long. Achevée

               Une bonne couche de neige recouvrait le sol, les pieds s’enfonçaient souvent, et la progression était rendue parfois très pénible sur ces 7 km. Je suis arrivé sur base dans un état assez lamentable, le manque d’exercice physique se fait douloureusement ressentir.

 Débarquement

                Malgré tout (ou bien à cause de cette prise de conscience) je suis reparti de bon gré samedi dernier pour une longue balade vers l’îlot Fram, situé lui à un peu plus de 8 km. Quinze jours plus tard et notamment après 5 jours consécutifs de vents soufflant à plus de 100 km, l’état de la banquise s’est bien transformé.

Effets du vent

               Elle est certes plus épaisse encore, mais surtout le vent a largement balayé la neige et a rendu plus dure celle qui ne voulait pas s’envoler. La marche est désormais nettement plus facile (extrêmement glissante parfois sur les zones de glace vive). Elle est d’autant plus agréable que cette fois-ci le météo avait tout juste, grand beau et zéro vent, le top. Même les -10° se font vite oublier, on marche les blousons ouverts.

Jeux d'ombres

               Christelle, Stéphane, Thibaud, Jean-Baptiste, Julien et moi-même avons fait un premier stop sur les îlots du damier. La marche est ensuite assez monotone car on s’éloigne du glacier, et donc de la plupart des bergs.

Sur Fram

               Fram est un îlot très plaisant. Son altitude peut paraître modeste, mais ses 25 mètres suffisent largement pour avoir une vue splendide sur le continent, la banquise, les îlots, et la multitude de bergs.

Sur Fram

               On n’a pas résisté au plaisir de faire le tour d’un beau glaçon isolé tout proche, près duquel se prélassait un phoque. Le retour vers la base est encore une fois longuet, monotone, mais ça fait franchement du bien de se défouler en marchant.

Vers le beau berg

 

Prés de fram 3

 

Près de Fram

 

Près de Fram

 

Héros or not héros

                J’étais drôlement content à l’arrivée. Les jambes en compote certes,  mais content, avec l’impression d’avoir perdu 2 kg au cours de la balade. Il m’a fallu déchanter très vite car Arnaud et Victor (cuistot et pâteux) avaient choisi ce soir-là pour fêter le début de l’hivernage. Ils ont donc mis les petits plats dans les grands, tout le monde s’est bien régalé, et qui c’est qui a repris 3 kg ?

Miam

(Photos balades: Sépanta, Christelle, Stéphane et moi-même.

Photos banquet: Philippe)