(Publié le 4 novembre 2014)

     Je n’ai pas tout compris de la logique IPEV-ienne sur ce coup-là :
On l’appelle "R" pour "Rotation" et zéro parce que c’est la … 1ère  de la saison.
Peu importe,  « R0 » signe le retour du bateau, l’Astrolabe, mais aussi de l’avion. Cette année par simple coïncidence, l’un et l’autre sont arrivés sur DDU à la même date, c’était samedi dernier, le 1er novembre. Il faisait un temps de 1er mai en ce jour de Toussaint.

 DC 3

     Pour être tout à fait précis, l’Astrolabe s’est approché au plus prés de DDU, et le plus prés c’est 71 kms. Il ne fera pas mieux ces jours-ci car, vous le savez, nous sommes encore et toujours en attente de débâcle et la banquise dont l’épaisseur atteint souvent plus de 2 mètres, n’est pas franchissable par un bateau qui n’est pas un brise-glace.
C’est donc grâce aux 2 hélicoptères que l’Astro a amenés avec lui que les premiers « campagnards d’été » ont débarqué.

 

     Par « campagnards » il faut comprendre:

  • d’une part des techniques, ceux par exemple qui vont loger à Cap Prud’homme et permettront au raid de rejoindre la base de Concordia, ou bien encore ceux qui permettront au bateau de décharger toute sa cargaison,
  • d’autre part des scientifiques dont la plupart étudient les oiseaux ou les phoques.

          Rajoutez à cela les pilotes hélicos, et l’air de rien nous voici du jour au lendemain 45 à table. L’effectif de DDU a donc pratiquement doublé en quelques heures. Ca fait forcément beaucoup plus de monde à l’heure de l’apéro (le bar à grenadine devient presque difficile d’accès !), beaucoup plus de brouhaha aux repas et puis des soirées où les gens s’attardent plus nombreux, plus longtemps. On fait connaissance avec les petits nouveaux et puis on se dit que l’hivernage est derrière nous. Et que le prochain bateau, d’ici un mois, sera celui du retour.

 

     Il est heureusement encore temps de profiter de quelques moments privilégiés et de belles balades.

 

 

En photo ci-dessous, quelques arrivants dont je ne vous ai pas parlé, et qui pourtant sont importants :

1-Les manchots Adélie, qui en quelques jours ont recolonisé les lieux, ils sont déjà quelques milliers à nicher dans le coin. Les phoques aussi, quelques dizaines présentes sur la banquise.

 

 Nouveaux venus

 

 

 

2-      Les fruits et légumes frais, en ce qui me concerne plus appréciés que les manchots. Comme c’est bon une salade de tomates, des courgettes farcies, et miam la laitue.

 Du jardin