Moi c'est Didier.

L'état civil, dont les chiffres mériteraient d'être revus à la baisse, affirme que j'ai 51 ans. 

Je suis originaire de La Rochelle mais j'ai vécu à Toulouse dès l'âge de 10 ans et jusqu'à 22 ans. 

     Après quelques petits boulots d'étudiant, j'ai intégré Météo-France en 1983. Depuis j'ai bossé une petite année à Bordeaux, puis à Strasbourg pendant 7 ans. Accompagné de mes enfants et de leur mère, j'ai vécu ma première expérience des DOM-TOMs en travaillant 5 ans en Nouvelle-Calédonie. A mon retour en métropole j'ai obtenu un poste au mont Aigoual, dans les Cévennes, où je suis resté pendant 16 ans. Entre temps je me suis "offert" une escapade professionnelle de 9 mois aux îles Kerguelen (relatée en 11 épisodes dans le menu à droite).

     J'ai 2 enfants. Quentin, pas forcément fan de chiffres, qui suit pourtant des études de compta/gestion. Lucie, oiseau migrateur dépourvu du sens de l'orientation, qui séjourne actuellement plusieurs mois au Japon, pour parfaire son apprentissage de la langue et de la culture nippone.

J'ai aussi dans ma vie un grand amour, du genre qui vous tire vers le haut, toujours.

J'ai longtemps cru n'avoir aucune ambition dans la vie alors que c'est tout le contraire. Le quiproquo vient du fait que, pour plein de gens, ambition rime avec carrière au top, avec jolie baraque à soi, avec bagnole qui en jette un max.

Mon envie jamais rassasiée de voyages ne me permet pas ces rêves là. 


Je lis parfois, ou bien j'entends, quelques citations qui, me concernant, font particulièrement mouche. Pour mieux me connaître je vous en propose quelques unes.

Cliquez en page suivante ci-dessous.

- Et pour commencer celle-ci, de Pedro Almodovar:

     "Dans la vie ce que je veux, c'est faire ce que je veux faire"

     Je m'applique à çà et ça n'est pas si facile. Il y a autre chose à faire de nos vies que profiter du "rose qu'on nous propose" comme dirait Souchon.


- La suivante m'a particulièrement touché lorsque je l'ai lu. C'est qu'à 17 ans j'avais une mobylette bleue; et lorsque je n'avais pas cours, je suivais le canal du midi jusqu'à St Jory. Je montais sur un pont qui l'enjambait et je regardais la gare de triage, les trains que les cheminots assemblaient.   Bon sang ce que j'ai rêvé d'y grimper avant qu'ils ne partent ! Et voici donc ce qu'écrit RL Stevenson à sa mère, au XIXéme siècle:

     "Tu dois comprendre que je serai plus ou moins un nomade jusqu'à la fin de mes jours: tu ne peux pas savoir à quel point j'en ai eu envie autrefois; comment j'allais regarder les trains en partance, et j'étais là, qui désirais si fort partir avec eux. Je dois être quelque part un vagabond" 


- Alors celle-là a été entendue dans le mythique western "Les 7 mercenaires". Il me semble que c'est Steeve Mc Queen qui la prononce. Y'a des jours où c'est bon de se foutre des convenances, de suivre sa voie, au risque de se planter:

     "Un jour j'ai vu un homme nu qui s'est jeté contre un cactus. Je lui ai demandé mais pourquoi as-tu fait ça ?? il m'a répondu: à un moment l'idée m'a traversé l'esprit"


- Sur le ronron du quotidien et, il faut bien le dire, sur le confort du ronron du quotidien, il y a celle-là de Nicolas Bouvier dans "l'usage du monde".   Il parle de nos confrontations avec l'inconnu au cours des voyages :

     "C'est si doux les vieilles habitudes, même celles qui vous oppriment. Plutôt un malheur familier que ces nouveautés insolites"

  et toujours dans le même ouvrage:

     "En route le mieux c'est de se perdre. Lorsqu'on s'égare, les projets font place aux surprises, et c'est alors que le voyage commence"

  et enfin, Bouvier me rappelle pourquoi j'aime tant le voyage:

     "Le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs"


- Un truc que je garde toujours à l'esprit, un peu trop peut-être pour un truc si peu gai... (extraite de "Amour" de M. Haenecke):

     "Ca se passera comme ça s'est toujours passé. Ca ira de mal en pis. Ca durera, et puis un jour ce sera fini"


- Bon, celle-ci de Syvain Tesson ("Dans les forêts de Sibérie") me fait franchement rire moi qui vient de quitter la première station météo installée dans la quatrième dimension:

     "Ces stations météorologiques sont des rampes de lancement vers l'hôpital psychiatrique"

     Je reviens un peu dans le tristounet et le mélancolique pour la dernière, toujours de S. Tesson. Mais on me demande souvent pourquoi je bouge autant. Il y a peut être un peu de ça:

     "Les hommes qui ressentent douloureusement la fuite du temps ne supportent pas la sédentarité. En mouvement, ils s'apaisent. Le défilement de l'espace leur donne l'illusion du ralentissement du temps"

     Bon y'a un peu de ça, mais pas que Clin d'œil


Commentaires (3)

Aurélie
... et je rajouterais celle-ci de Paulo Coelho : "Qui a l'habitude de voyager sait qu'il arrive toujours un moment où il faut partir"

... ainsi que la classique mais efficace citation de Mark Twain : "Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n'avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors larguez les amarres. Mettez les voiles et sortez du port ô combien sécurisant. Explorez. Rêvez. Découvrez."

Enfin, j'arrive ici depuis VF, et au vu de cette petite présentation qui attise ma curiosité je sens que je vais m'y plaire... Je m'en vais de ce pas me balader dans ce site qui me semble fort intéressant. J'aime en tout cas tout particulièrement la dernière citation, celle de S. Tesson sur la fuite du temps, sans doute parce que je m'y reconnais un peu !

A bientôt !
Lucie
  • 2. Lucie | 17/12/2013
Tu sais ce qu'il te dit l'oiseau migrateur !

Ps: Je ne me suis pas encore perdue depuis Fukuoka !
HILLION
  • 3. HILLION | 03/12/2013
J'ai l'impression de vous avoir reconnu sur le trombinoscope de la TA 64...
Je me présente je suis la mère de l'un des 2 cuisiniers Arnaud Hillion.
Merci pour votre blog. Je n'arrive pas vraiment à savoir si je peux ou pas en tenir un pour famille et amis ? En savez vous d'avantage ? Sinon je continuerai à regarder le vôtre !
Notre fils revient aussi de Nouvelle Calédonie ( 5 ou 6 rotations à Voh) .
J'ai l'impression que l'Astrolabe vous attend et que la grande aventure va commencer. Good luck
Christine Hillion

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×